58 Boulevard Emile Augier, 75116 Paris | Lun-ven, 9:00-20:00 | 01 53 700 800
Lille: 03 72 830 120 | Belgique: +32 25887719|contact@the-clinic.fr

Nécrose après une greffe de cheveux : causes & prévention

The Clinic > Actualités > Nécrose après une greffe de cheveux : causes & prévention

Considérée comme une procédure non invasive à laquelle de plus en plus d’hommes et de femmes ont recours, la greffe de cheveux peut comporter des risques. L’un des effets secondaires les plus terribles de la greffe de cheveux est la nécrose, soit la mort des tissus cutanés, qui laisse une cicatrice et une zone chauve. 

Si l’intervention est pratiquée par un médecin et une équipe de spécialistes expérimentés, dans des conditions sanitaires optimales, ce genre de désagrément est extrêmement rare, sinon quasi nul. 

Mais quelles peuvent être les raisons de l’apparition d’une nécrose ? Comment peut-elle être évitée ? The Clinic vous répond.

A quoi reconnait-on une nécrose au niveau du cuir chevelu ?

La nécrose est causée par la mort des tissus cutanés et des cellules sous le cuir chevelu. Elle peut survenir après une intervention de greffe de cheveux en FUT et en FUE. 

Après une greffe de cheveux, il est normal que la zone implantée soit légèrement rouge ou rosée, et qu’elle présente quelques petites croutelles qui tomberont dans les jours qui suivent. La zone d’extraction, d’abord protégée par un pansement retiré dès le lendemain matin, présente des petits points rouges, signe du prélèvement, et doit ensuite cicatriser. 

La nécrose, que ce soit sur la zone receveuse ou la zone donneuse en revanche, commence par une ecchymose de couleur sombre. Il s’agit en réalité d’une accumulation de sang sous la peau suivie d’une coagulation qui empêche le sang neuf d’atteindre les tissus. En manque d’oxygène, le tissu meurt et devient le siège d’une infection.

Quelles peuvent être les causes de l’apparition d’une nécrose après une greffe capillaire ?

#1 “Overpacking”

C’est à dire implanter trop de follicules pileux au même endroit, très (trop) resserrés. En effet, cela peut perturber le flux sanguin de cette zone particulièrement riche en vaisseaux et capillaires sanguins, et entraîner la mort des tissus ainsi privés d’oxygène et des nutriments essentiels à leur bon fonctionnement.

#2 “Overharvesting” 

Autrement dit, extraire un trop grand nombre de greffons, et de façon très rapprochée en une seule séance, abîme la zone donneuse et surtout entrave sa capacité à se revasculariser correctement. Cette ultra sollicitation peut entrainer une cicatrisation plus longue et plus difficile de la zone donneuse…et donc augmente les risques. Parfois, réaliser ce qu’on appelle dans le jargon de la greffe capillaire une “Mega Session” n’est pas forcément la meilleure approche.

#3 Une infection bactérienne

Une mauvaise cicatrisation, c’est aussi un risque accru de développer une infection. Mais cela peut arriver aussi car le patient s’est gratté/touché la tête, qui plus est sans s’être lavé les mains. Si une infection survient après une intervention de greffe de cheveux et qu’elle est prise en charge rapidement, elle peut être facilement traitée avec des antibiotiques. En revanche, si elle pénètre profondément dans le cuir chevelu, l’infection peut empirer et provoquer une nécrose ou un début de nécrose. 

#4 De mauvaises conditions d’hygiène

Evidemment, si les conditions d’hygiène requises à toute intervention médicale ne sont pas réunies, le risque de contracter une infection à caractère bactérien ou à cause d’un champignon est plus important. En 2008, des cas d’établissements (français) ne respectant pas les normes d’hygiène et de stérilisation avait été rapportés et contrôlés par la Direction générale de la Santé*, et certains d’entre eux ont dû fermer leurs portes. Fort heureusement, les autorités françaises sont très strictes, et ce cas est anecdotique. Mais attention aux greffes “pas chères” et autres arguments marketing de “cliniques” à l’étranger…

#5 Le tabagisme 

Nous avons déjà abordé le sujet du Tabac & de la greffe de cheveux : les fumeurs de longue date (ou les très gros fumeurs) ont des risques plus élevés de mal cicatriser et donc de développer des effets secondaires tels que la nécrose. Le tabac perturbe la circulation sanguine et diminue le taux d’oxygène nécessaire pour nourrir les follicules pileux et pour aider le tissu à se reconstruire. 

Greffe de cheveux : comment éviter une nécrose (et les effets secondaires dangereux) ?

La meilleure façon de prévenir la nécrose du cuir chevelu, et de façon plus générale, d’éviter des désagréments post intervention ? Faire le choix d’un praticien hautement qualifié, expérimenté et sérieux pour effectuer votre greffe de cheveux dans les meilleures conditions, et de la meilleure façon qui soit.

La salle d’intervention, les équipements et les instruments doivent être soigneusement stérilisés et propres pour éviter toute contamination de microbes ou de bactéries.

En outre, une greffe de cheveux réussie dépend d’un diagnostic personnalisé qui prend en compte plusieurs facteurs. Ces facteurs permettront de mieux déterminer le nombre de greffons à prélever et surtout de préserver et d’optimiser la gestion de votre zone donneuse, notamment si une autre greffe est nécessaire à l’avenir. 

Enfin, il est important de suivre les instructions pré et post opératoires afin que la repousse se déroule parfaitement. 

À tout moment, il faut que vous puissiez prendre contact avec l’équipe médicale qui assurera un suivi post opératoire. On ne doit pas vous laisser “dans la nature” !

Chez THE CLINC, le suivi de nos patients est essentiel ; nous nous attachons à nous tenir à votre disponibilité à tout moment et à vous revoir régulièrement. 

*https://www.bfmtv.com/societe/greffes-de-cheveux-des-risques-d-infection_AN-200809250004.html

Articles similaires

Contact
close slider

Formulaire de contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.