fr58 Boulevard Emile Augier, 75116 Paris | Lun-ven, 9:00-20:00 | 01 53 700 800
Lille: 03 72 830 120 | Belgique: +32 25887719|contact@the-clinic.fr

Greffe de cheveux : est-ce douloureux ?

The Clinic > Actualités > Greffe de cheveux : est-ce douloureux ?

Chez THE CLINIC, tous les jours, nous rencontrons des hommes et des femmes qui perdent leurs cheveux et qui songent à la greffe capillaire pour remédier à leur calvitie plus ou moins développée. 

Et si la question du tarif d’une greffe de cheveux n’échappe pas à la discussion, savez-vous quelle question arrive en premier dans la conversation ? Celle-ci : “Vais-je voir mal si je fais une greffe de cheveux ?”

Oui, la peur d’avoir mal pendant une greffe de cheveux est récurrente chez les futurs patients. 

Alors, est-ce qu’une greffe de cheveux – et nous n’évoquerons pas ici la greffe de cheveux FUT mais bien la FUE – fait mal ?

La greffe de cheveux FUE

Il faut savoir qu’en matière de douleurs post interventionnelles, le monde de la greffe capillaire a énormément évolué et ce, à partir du moment où la greffe de cheveux dite “sans cicatrice” ou FUE (Follicular Unit Extraction) a fait son apparition dans les années 90. 

La greffe de cheveux FUE, au contraire de la technique chirurgicale de la bandelette (ou FUT) ou une bande de peau est extraite à l’arrière de la tête, est réalisé en prélevant un par un les follicules pileux. C’est une technique non-invasive qui par ses caractéristiques entraine naturellement moins de douleurs post-opératoires : il n’y a pas d’incisions, ni de points de sutures sur la zone donneuse. 

A ses débuts, la greffe de cheveux FUE n’était évidemment pas ce qu’elle est aujourd’hui : les outils se sont perfectionnés : la taille des punchs, mais également les outils d’implantation comme l’implanteur de Choï, et la première version du robot Artas n’ait apparue qu’en 2000. 

Ces différentes évolutions et améliorations ont toujours pour but de rendre la procédure de greffe FUE toujours plus simple et confortable pour le patient, avec des résultats toujours plus naturels.

Pourtant, même si la greffe de cheveux en FUE est sensée être une technique non-invasive et sans douleur, cela ne vous aura peut-être pas échappé si vous vous rendez sur les forums : certains hommes, malgré le bon résultat de leur greffe capillaire, vous diront “qu’est-ce que j’ai eu mal” ! 

Douleurs à l’anesthésie & Œdème : le passage obligé ?

Beaucoup d’hommes ayant déjà fait une greffe de cheveux FUE – notamment à l’étranger – redoutent une deuxième session à cause de la douleur, surtout celle de l’anesthésie locale. 

Bien souvent, elle y est pratiquée différemment qu’en France, via 6 ou 7 injections douloureuses. Elle est réalisée à l’aide d’un pistolet injecteur, semblables à ceux utilisés chez les vétérinaires et qui délivrent une quantité importante de solution anesthésiante afin que la diffusion ait lieu mécaniquement, rendant la procédure brutale et douloureuse. 

Également, il y a la question du produit anesthésiant en lui-même. Classiquement, on utilise ce qu’on appelle de la xylocaïne que l’on mélange à du sérum physiologique pour diluer. La xylocaïne est un produit particulièrement acide et, au moment de l’injection, il y a une vraie sensation de gêne, voire de brûlure. 

Après la greffe, beaucoup expérimentent l’apparition d’un œdème, notamment quand on a beaucoup travaillé la ligne capillaire. Il s’agit d’un gonflement du au sérum physiologique que contient l’anesthésie classique. Dès lors, beaucoup de patients pensent que c’est systématique. Certes un œdème est totalement bénin et se résorbe de lui-même en quelques jours, mais, soyons honnêtes, ce n’est pas très joli. On se voit difficilement se rendre au travail avec un œdème à la “Elephant Man” sur le haut du front. 

Enfin, il y a une part inconsciente : une greffe de cheveux, cela fait forcément mal !

Le procédé d’anesthésie locale sans douleur THE CLINIC 

Chez THE CLINIC, nous avons développé avec un anesthésiste une solution pour anesthésie locale entièrement indolore, il y a déjà quelques années déjà. 

Et pour le vérifier, nous posons la question à nos patients lors de l’anesthésie, à savoir quel est leur niveau de gêne sur une échelle de 1 à 10. Leurs retours sont unanimes, et se situent entre 2 et 3 maximum. Certains n’ont même absolument rien senti !

Du reste, il est commun que nos patients s’assoupissent durant le prélèvement (réalisé sur le ventre), et regardent ensuite un film ou une série pendant l’implantation (sur le dos).

Concernant l’œdème, il est possible de réaliser une greffe de cheveux sans voir apparaitre un œdème dans les jours qui suivent. C’est loin d’être systématique ! 

La douleur post-intervention en FUE

A la fin de l’intervention, un pansement est posé sur la zone donneuse pour la protéger et éviter tout saignements. Ce pansement se retire dès le lendemain !

Ensuite, la zone doit être laissée à l’air libre pour cicatriser. Dans des conditions normales, cette dernière est rapide. La zone donneuse est sensible certes, voire insensible par endroits, et on peut aussi ressentir des picotements ou des démangeaisons dus à la cicatrisation sur la zone receveuse. Il faut laisser au système nerveux et aux petits vaisseaux le temps de se remettre de l’intervention. 

Question douleur, on ne peut pas dire que les suites d’une intervention en FUE soient douloureuses. Et si toutefois vous ressentiez une gêne, de simples antalgiques vous sont prescrits (paracétamol).

Aujourd’hui, on peut réellement faire en sorte que l’expérience de votre greffe de cheveux soit confortable et qu’elle se déroule sans douleur, pendant et après, sereinement.

Articles similaires

Contact
close slider

Formulaire de contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.